Comment repenser le Click-to-Call ?

Imaginons un monde digital dans lequel le service client est à portée de main ou plutôt de clic.

Image2-BilletUn monde dans lequel une hésitation lors d’un acte d’achat sur le web peut être gommée en appelant un conseiller, instantanément, facilement, sans scruter son téléphone dans l’espoir d’un hypothétique rappel, sans changer de terminal et d’écran, qu’on soit sur son ordinateur, sa tablette ou même son smartphone.

Un monde dans lequel cet appel est  gratuit, quel que soit l’endroit du monde où l’on se trouve. Tout simplement parce qu’on a besoin de poser une question, sans attendre.

Les logiciels comme Skype, Viber ou ceux de communications unifiées tel que Lync dans l’entreprise, ont démocratisé ces appels gratuits en VoIP qui ne nécessitent pas de téléphone et utilisent les réseaux data. Mais ils exigent de créer un compte, d’installer un logiciel, et ne permettent d’entrer en relation qu’avec des interlocuteurs disposant du même logiciel, ou de joindre quelqu’un classiquement équipé d’un téléphone, mais dans ce cas, il y a un coût.

Avec WebRTC, le web devient cliquable pour lancer un appel directement, sans installer le moindre logiciel ou plug in, sans compte préalable, de manière totalement anonyme. Il suffit à la marque d’insérer quelques lignes de code dans la page pour donner accès à ces fonctionnalités à tous les internautes.

Image1-Billet

C’est une véritable proposition de mise en relation immédiate, qui s’affiche en fonction de la disponibilité des conseillers ou qui indique le temps à attendre, qui s’affiche de manière contextuelle, pour assister les clients qui en ont vraiment besoin et qui permet une interaction plus riche dans laquelle le conseiller pourra  partager du contenu quel qu’il soit, un formulaire, une vidéo, une notice d’information,  voire assister le client dans sa navigation grâce au cobrowsing.

Le poussiéreux webcallback est définitivement dépassé. Vive le WebRTC et le click-to-call sans couture, pour une expérience client en phase avec son époque : simple, fluide et gratuite.