Questions à Laurent Nizri sur le Paris Fintech 2016

Laurent Nizri bonjour, vous êtes CEO d’Altéir Consulting, fondateur du Paris Fintech Forum et Vice-Président de l’ACSEL. L’événement Finance Digital & Fintech s’achève, vous avez réunis 102 orateurs dont  80 Fintechs de 12 pays différents, plus de 600 participants, vous jouez à guichet fermé, quelles étaient vos ambitions ? Quel est votre bilan sur cet événement ?

Cet événement a été organisé sous le haut patronage d’Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat à l’Economie Numérique. Notre ambition était de mettre à l’honneur l’innovation française & européenne en organisant le plus grand événement d’Europe sur le Finance Digital. Et c’est chose faite, puisque nous avons réuni 80 FinTechs, déplacé une centaine d’orateurs de pays différents avec une grande diversité de métiers : des acteurs du paiement à ceux du crowdfunding en passant par le credit facilities, les banquiers et assureurs, et bien sûr les régulateurs. L’écosystème de la Finance Digitale a répondu présent.

Au cours de ce forum, nous avons abordé les évolutions réglementaires et sectorielles, celles qui permettront aux acteurs de se développer en dehors de leurs frontières.

Nous avons facilité les échanges entre les grands groupes et les startups innovantes. François Pérol, CEO du Groupe BPCE ou Jacques Richier, CEO d’Allianz France, sont intervenus aux côtés de Tom Blomfield, CEO de Mondo, startup créée en 2015 ou de Hiroki Takeuchi, CEO de GoCardless, fondée en 2011.

Nous avons également observé les initiatives des autres zones géographiques pour comprendre, apprendre et s’inspirer des bonnes idées.  47 fintechs ont pitché devant un jury de 7 personnalités internationales, et 5 Paris Fintech Forum awards ont été remis en fin de journée à Loot (UK), Investglass (CH), Zympay (UK), Fluo (FR) et Mooverang (ES). L’intégralité des pitchs sera bientôt disponible en vidéo sur le site www.parisfintechforum.com.

Enfin, cette journée fut tout simplement le lieu où les acteurs historiques, les autorités de régulation françaises et européennes et les startups se sont retrouvés pour débattre des opportunités actuelles, des freins au développement des Fintech et pour identifier ce qui pourrait/devrait évoluer si l’on souhaite le succès de cette filière.

Un ouvrage dédié aux 80 fintechs sélectionnées par Altéir Consulting pour être sur scène ce jour là a été réalisé. On y trouve un état de l’art de la fintech et une monographie pour chacune des fintechs concernées.

Vous pouvez demander à recevoir l’ouvrage Fintech Selection par email contact@alteir.com

Selon une étude menée par l’institut YouGov, 1 français sur deux s’attend à utiliser au moins une Fintech d’ici 2020 et 1 sur 4 utilisera les services d’une Fintech pour au moins la moitié de ses activités financières. A votre avis, comment le marché bancaire va s’organiser avec ces nouveaux arrivants ?

Ce sera une compétition dans un monde de collaboration ou une collaboration dans un monde de compétition : la compétition. L’arrivée de ces startups sur le marché fait du bruit. Elles dépoussièrent les modes de fonctionnement, bousculent les acteurs historiques à coups d’innovations technologiques ou d’usages. Mais pour autant, je pense que le big bang n’aura pas lieu, du moins en France. Les Fintechs sont rentrées dans l’Ecosystème, elles vont prendre des parts significatives et les banques ne pourront pas se passer de ces nouveaux entrants. Elles constituent des clients ou des partenaires potentiels, et la question que se posent aujourd’hui les banques est plutôt de savoir avec qui doivent-elles conclure des contrats de partenariat pour des co développements win win.

L’événement Finance Digital & Fintech fut un succès, que préparez-vous pour 2017 ?

2017 sera différent et aussi bien, voire mieux ! Nous avons l’intention de vous réserver plein de surprises. Je peux déjà vous dire que nous étudions l’organisation de cet événement sur plusieurs jours pour pouvoir approfondir certains sujets et accueillir plus de délégations internationales, venant des Etats-Unis par exemple. Ce qui est certain c’est que nous souhaitons conserver le même niveau d’exigence et de qualité tant dans la prise de parole que dans l’accueil réservé aux participants. Je vous conseille de vous abonner à la newsletter pour recevoir des informations sur la finance digitale, être informé de la mise à disposition des vidéos du PFF 2016, recevoir en avant-première le programme des événements que nous organisons et bénéficier de conditions d’accès privilégiées à ceux-ci.